Hôpitaux du Val d’Oise : Les élus montent au créneau

(vidéo)

En réponse à la proposition formulée par l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France qui réduirait l’offre des hôpitaux du département, les élus multiplient les actions de mobilisation. Hier l’agglomération d’Argenteuil-Bezons votait une motion sur la défense du service de radiothérapie de l’hôpital Victor Dupouy. Ce vendredi, les maires d’Argenteuil, d’Eaubonne et de Montmorency ont dénoncé dans un communiqué commun les conditions de cette réorganisation. Celle-ci menace, notamment, la radiothérapie d’Argenteuil mais aussi les soins nocturnes d’urgence des hôpitaux du département.

De l’aveu même des élus, la situation est « préoccupante ». Loin d’approuver les propositions formulées par l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France, les maires d’Argenteuil, d’Eaubonne et de Montmorency se positionnent même en première ligne de la contestation. En cause, le découpage de l’offre de soins des territoires qui pénaliserait le Val d’Oise. Ils ont déjà tenu une conférence de presse sur ce sujet le 4 février à l’hôpital Simone-Veil d’Eaubonne pour dénoncer la fermeture du service de radiothérapie de l’hôpital d’Argenteuil et la réorganisation de soins nocturnes d’urgence des hôpitaux du Val-d’Oise. Ils espèrent ainsi « alerter leurs concitoyens ».

Une fracture sociale

Les élus l’annoncent : « A terme ce sont les habitants et les personnels soignants qui souffriront le plus de cette restructuration des soins ». La réorganisation proposée par l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France pourrait entrainer l’obligation pour les patients de se déplacer à plusieurs kilomètres ou de s’en remettre à des établissements privés pour bénéficier des soins, ainsi que des suppressions de poste. Inacceptable pour François Balageas, maire d’Eaubonne, et François Detton, maire de Montmorency, également membres du conseil de surveillance de l’hôpital d’Eaubonne-Montmorency, qui déclarent que « cette proposition porte atteinte à l’égal accès de tous les Franciliens à l’offre de soins et pourrait mettre en danger les patients ». En effet, la seule option pour les urgences de nuit, les week-ends et les jours fériés serait alors, pour le département, l’hôpital de Pontoise.

Un gaspillage de fonds publics

Un autre élément dérange fortement les maires : le fait que des fonds aient déjà été engagés en faveur la reconstruction de l’hôpital d’Argenteuil, de la rénovation de son service de radiothérapie et la mise en service de nouveaux équipements à la pointe de la modernité. « L’ARS a validé d’importants investissements pour l’hôpital et aujourd’hui, elle ferait machine arrière, un gaspillage inacceptable des fonds publics » s’indigne Philippe Doucet, maire PS d’Argenteuil. Une incompréhension partagée par les élus d’Eaubonne et de Montmorency qui considèrent que les solutions proposées pour leur hôpital auront pour conséquence « une véritable pénurie de soins ». Les maires fustigent ainsi « le désengagement croissant de l’Etat dans le domaine de la santé publique ». Pour eux, la réforme de la carte hospitalière « se traduit par une réforme dont les seuls enjeux sont celui de l’économie et du transfert de charges sans prise en compte des besoins des territoires et au détriment des populations ».

Ils demandent maintenant à être associés aux réflexions que mène l’ARS pour que cette réorganisation ne s’apparente pas à « un démantèlement pur et simple de l’offre publique de soins ».

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités département. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s