TOUS MOBILISES !

Ainsi que le rappelait le courrier de septembre dernier, de nombreuses menaces planent encore sur notre hôpital et sur l’accès aux soins de la population.

Les travaux de reconstruction ont repris, mais, outre qu’ils n’intègrent toujours pas la pharmacie et la stérilisation qui doit être transférée à Eaubonne, l’Etat a réduit la subvention de la 1ère année de 280000 d’euros sans aucune justification. Et les 2 tranches suivantes ne sont toujours pas financées.

Malgré les protestations, l’ARS continue à préparer la réorganisation de la permanence des soins en ce qui concerne les urgences chirurgicales la nuit et prévoit sa mise en œuvre au 1er janvier 2012. Le directeur de l’hôpital, Mr Martin, fait du zèle. Profitant qu’il assure actuellement la direction des 2 établissements Eaubonne et Argenteuil, il a anticipé les décisions de l’ARS.

Depuis le 3 octobre, à partir de 22h30 (pour le moment), les urgences chirurgicales sont transférées les jours pairs à Argenteuil et les jours impairs à Eaubonne. Ce dispositif doit être inversé tous les 6 mois, les jours impairs étant plus nombreux que les jours pairs! Provisoirement, par sécurité, une astreinte est maintenue  et un bloc reste ouvert les jours où Argenteuil n’est pas de service. Il est évident que ce système augmente les risques et qu’il vaut mieux éviter une catastrophe dans cette période préélectorale.

En même temps, Mr Martin a demandé  au chef du service orthopédie d’Eaubonne de réorganiser ce service sur les 2 établissements. Mais à Argenteuil, il manque au moins un chirurgien orthopédiste et il ne semble pas qu’on fasse beaucoup d’efforts pour en recruter un. Dans ces conditions, on peut craindre la préparation insidieuse d’ une disparition à terme de ce service à Argenteuil. Cela n’est pas acceptable.

La discussion du PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale) débute ces jours-ci à l’Assemblée Nationale et continuera fin novembre au Sénat. Bien évidemment le projet du gouvernement se situe dans le cadre de sa politique d’austérité renforcée et va porter de nouveaux coups à la possibilité des populations de se soigner alors que, déjà, 29% des Français renoncent à des soins nécessaires faute d’argent. Ce budget pourrait s’appeler  » avoir moins; mais payer plus ». Ce sont en effet 2, 5 milliards d’euros en moins sur les dépenses maladie et 1,3 sur les retraites. Parallèlement 1,2 milliards d’euros de plus seront prélevés sur les familles, sans compter la taxe sur les complémentaires qui provoquera une hausse des cotisations amenant les plus fragiles à renoncer à une mutuelle. Mais on ne touche pas aux exonérations de cotisations patronales : 36,2 milliards d’euros prévus pour 2012.

L’hôpital public sera encore plus fragilisé par la fixation de l’ONDAM (Objectif National des Dépenses Maladie) à 2,8% , niveau notoirement insuffisant, le plus bas depuis sa création.

Cette politique de réduction des dépenses pratiquée depuis 25 ans au moins, n’a jamais permis de réduire les déficits, ni de la Sécurité Sociale, ni de l’hôpital public. Au contraire l’explosion des déficits est due à la baisse des recettes consécutives à la montée du chômage, à la précarisation croissante de l’emploi, au niveau trop bas des salaires, et non à un excès de dépenses.

Il est donc plus qu’urgent de se mobiliser pour défendre notre Hôpital et notre droit à la santé.

On peut, bien sûr, espérer un changement de politique en 2012, mais on ne peut pas l’attendre. Plus les dégâts sont importants et plus ils sont difficiles et coûteux à réparer. Et lorsque cela conduit des malades à ne pas se soigner, cela peut être irréversible.

Crions le haut et fort : les dépenses de santé ne sont pas un coût pour la société mais un investissement pour son avenir !

 Nous avons décidé de lancer une pétition pour obtenir le maintien des urgences, un budget de la Sécu répondant au besoins et l’abrogation de la loi Bachelot.

La première initiative organisée à Bezons a permis de rassembler plus de 900 signatures

Il est important de mobiliser sur tout le bassin de l’hôpital. Une série de rencontres est prévue à Argenteuil.

Samedi 29 octobre de 9h à 12h aux marchés de la Colonie et d’Orgemont

Vendredi 4 novembre de 9h à 12h au marché Héloïse et de 15h à 18h au marché du Val

Samedi 5 novembre de 9h à 12h aux marchés des Champioux et des Côteaux

Mardi 8 novembre  de 8h30 à 19h30 aux portes de l’hôpital.

Tous ceux qui le peuvent sont invités à participer à ces initiatives qui ne seront efficaces que si nous sommes nombreux. Nous vous demandons de préciser le jour et le lieu auquel vous pourrez vous trouvez afin de faciliter l’organisation. J’attire l’attention sur la journée hôpital qui nécessitera des roulements. Faîtes-le par mail ou par téléphone le plus tôt possible.

Nous pourrons ainsi informer et mobiliser la population pour s’adresser aux parlementaires, à l’ARS et au Ministre. L’expérience montre que, tous, ensemble, si nous sommes unis et déterminés, nous pouvons gagner.

Comité de Défense de l’Hôpital d’Argenteuil – Hôtel de Ville – 95870 BEZONS

Christiane Leser – 06 84 33 66 41 – christianeleser@wanadoo.f r

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités département, Actualités régionales, Evènements, Information de l'Hôpital. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s