La Lettre du Comité – novembre 2013 : SANTE – BUDGET 2014

Au coeur de la nuit de l’occupation, le Conseil National de la Résistance élaborait un programme social d’une modernité exceptionnelle par le choix d’une politique exclusivement centrée sur l’humain.
L’un des critères de cette modernité était de lier tout développement économique de qualité , à la hauteur des besoins de la nation, à un statut social à la hauteur des besoins des hommes. C’est sur ces bases qu’a été construit notre système de protection sociale visant à protéger chacun à chaque étape de sa vie, depuis l’enfance avec la politique familiale jusqu’à la vieillesse, avec le droit à une retraite décente, accompagné en permanence par une Sécurité Sociale, financée par les richesses créées et gérée démocratiquement par les assurés.

Un budget d’austérité qui démantèle notre système de protection sociale.

Le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) qui est en cours de discussion a, au contraire, pour unique objectif la baisse des dépenses sociales. Il met en place tant dans le cadre de la réforme des retraites, de la stratégie nationale de santé ou de la politique familiale, les bases du nouveau modèle social qui casse celui promu par le CNR basé sur la solidarité nationale, permettant de garantir à tous une véritable protection sociale.
En effet, ce budget  prévoit d’imposer 8,5 Mds € d’économies. L’ ONDAM ( Objectif National des Dépenses Maladie ) est fixé à 2,4% alors que, de l’aveu de la commission des comptes de la Sécurité Sociale, 3,8% seraient nécessaires. De plus, pour la 1ère fois l’ ONDAM hospitalier sera plus faible que celui des soins de ville ( 2,3%) faisant passer les crédits de 76,2Mds€ en 2013 à 75 en 2014. Les difficultés des hôpitaux publics vont s’aggraver. Tous les CA des Caisses d’assurance maladie ont déjà refusé ce budget.
Malgré les promesses, la loi HPST n’est toujours pas abrogée et il ne se passe pas un mois sans qu’une structure hospitalière publique ne soit menacée. En même temps que l’offre de soins diminue, taxes, franchises, dépassements d’honoraires continuent de peser lourdement sur les malades quand, parallèlement, leur pouvoir d’achat recule (chômage, bas salaires, impôts…).

De ce fait, le nombre de personnes renonçant à des soins faute de moyens  a augmenté de 6% en 2013, atteignant 33% de la population.

Face à cette situation les luttes se développent. L’ARS (Agence Régionale de Santé) utilise de plus en plus le mensonge et les manœuvres pour réussir ses projets de casse comme à Paris et Nanterre.
– Hôtel-Dieu : fermeture des urgences décidée par l’AP-HP pour le 4-11-2013. Marisol Touraine annonce début juillet son report, les autres hôpitaux étant déjà saturés. Mais la directrice de l’AP-HP essaie de déménager le service clandestinement en août, opération que la mobilisation fait échouer. A la rentrée aucun poste d’interne n’est pourvu et le mois dernier l’ ARS donne l’ordre aux pompiers de ne plus amener de patients. Le ministère laisse faire. Mais la résistance continue.
– Hôpital de Nanterre : projet de restructuration élaboré collectivement par tous les intéressés, adopté au CA du 18 juin, en présence de représentants de l’ ARS et du Ministère, autoritairement remis en cause par un courrier de Mr Evin, Directeur de l’ ARS, le 9 août!
Cela  ne suffisant pas à dissuader les luttes, le pouvoir a recours à la répression dont le cas du Docteur Kierzek, directeur médical du SMUR de l’Hôtel- Dieu, démis de ses fonctions, est particulièrement symbolique.

A  ARGENTEUIL

Depuis près de 6 ans, notre Comité a mené de nombreuses luttes avec les usagers, les personnels, les syndicats, les élus et la population. Cela a permis d’obtenir des succès importants mais qui nécessitent une constante vigilance car la politique de santé mise en œuvre les remet en cause constamment.
En ce qui concerne le service de rythmologie cardiaque, le Comité d’organisation sanitaire et sociale s’est prononcé pour son  maintien à l’unanimité. Mais nous attendons avec vigilance la décision de Mr Evin et nous appellerons à réagir si, une nouvelle fois, il tentait de bafouer cet avis.
Le PLFSS 2014 frappera lourdement le budget de l’hôpital. Depuis le 1er septembre la pause déjeuner de certains personnels a été supprimée. La nouvelle baisse de crédit correspondrait, de l’aveu même du directeur, à la suppression d’une centaine de postes avec toutes les conséquences que cela entrainerait.

UN CRI D’ALARME NATIONAL

La situation s’est à ce point dégradée qu’un véritable cri d’alarme a été lancé par le Professeur Grimaldi et une dizaine de personnes qui ont été rejoints par des centaines de personnalités aux convictions diverses :
« Nous sommes en train de passer, sans débat démocratique, d’une logique de prise en charge solidaire pour tous à une logique d’assistance pour les plus pauvres et d’assurance pour les plus riches….
Les usagers et les professionnels de santé se mobilisent pour arrêter cette dérive qui sonne le glas de notre Sécurité Sociale universelle et solidaire, et contribue à creuser les inégalités sociales de santé. Nous demandons que s’ouvre un large débat citoyen, suivi d’un vote solennel de la représentation nationale. »
Lors de la dernière réunion de notre Comité , le constat s’était imposé que nous ne vivions pas dans un îlot fermé, mais que la défense de notre hôpital était indissociablement liée à la politique de santé nationale.
C’est pourquoi nous nous inscrivons dans la démarche de l’appel ainsi lancé. Nous organiserons un débat :

le 25 novembre prochain à 20h30 avec la participation  du Docteur Kierzek, du Docteur Prudhomme et de Jacqueline Fraysse, députée. Salle Gavroche à Bezons.

Un tract public sera envoyé et diffusé mi-novembre dans le maximum de lieux publics pour le préparer. Plus nous serons nombreux pour le distribuer, plus nous pourrons informer largement.
Pour votre ville, vous pourrez vous informer des points de rendez-vous auprès de :
Argenteuil :Nicole Pierès  06 11 69 77 84 ou Francis Gabouleaud  06 76 08 82 77
Bezons : Christiane Leser  06 84 33 66 41
Montigny-Herblay- La Frette : Alain Feuchot  06 87 72 02 33
Cormeilles : Alain Quiot  06 84 0130 02
Sannois : Pierre-Claude Monnier  06 81 88 22 83
Nous vous invitons à venir nombreux à ce débat, à inviter largement autour de vous et , pour ceux qui le peuvent à participer aux distributions organisées.
Ensemble, unis et déterminés, nous pouvons convaincre, rassembler, agir et gagner.
Comité de Défense de l’Hôpital d’Argenteuil et du Droit à la Santé pour Tous – Hôtel de Ville – 95870 BEZONS
Christiane Leser – 06 84 33 66 41 – christianeleser@wanadoo.fr
Publicités
Cet article a été publié dans Actualité nationale, Actualités régionales, Evènements, Invitation à une manifestation, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s