UN ETE MEURTRIER

La pause de l’été n’a malheureusement pas été bénéfique pour la population. Outre la morosité de la météo, la situation politique et sociale s’est lourdement dégradée.

La loi HPST a continué de faire des ravages que le vote en juillet des lois rectificatives des finances publiques et de la Sécurité Sociale n’ont fait qu’aggraver.

Alors que la situation est de plus en plus difficile pour la majorité de la population, que la casse industrielle se poursuit, que le chômage et la précarité n’ont jamais été aussi importants, que le pouvoir d’achat des ménages est plombé, qu’on compte un million de pauvres de plus qu’en 2011, le gouvernement continue et renforce sa politique ultra libérale au profit du patronat.

C’est en effet un cadeau de 41milliards qu’il offre au patronat alors que les entreprises françaises ont versé des dividendes en hausse de 30% au deuxième trimestre 2014 et que les sociétés du CAC 40 ont décidé de distribuer la moitié de leurs profits en dividendes, soient près de 40 milliards. Et, en contrepartie, alors que le MEDEF n’a pris aucun engagement de créations d’emplois, le gouvernement décide 50 milliards d’économies qui vont enfoncer encore plus le pays dans la récession entraînant appauvrissement et régression sociale pour la population.

Et c’est la santé, en particulier les hôpitaux publics, la Sécurité sociale et la protection sociale qui vont payer le plus lourd tribu à ce « pacte de responsabilité » qui, malheureusement, cède aux exigences du grand capital qui rêve depuis toujours de mettre la main sur le budget de la protection sociale: suppression des cotisations sociales, privatisations, ouverture d’un grand marché « libéré » de la santé….

DE LOURDES MENACES

Dans les prochaines semaines le PLFSS 2015 (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale) va être discuté à l’Assemblée. Alors que le budget 2014 était déjà en régression, le gouvernement qui avait déjà annoncé 10 milliards d’économies, avance discrètement ces derniers jours l’idée que cela ne suffira sans doute pas…

Et le projet de loi de santé qui sera présenté début 2015, prolonge en l’aggravant la loi Bachelot, donnant tout pouvoir aux ARS pour accélérer les concentrations hospitalières devenues obligatoires, où le privé pourra faire son « marché », donnant toute liberté au secteur libéral au nom de la proximité…

Il n’y a pas d’issue dans cette fuite en avant de la privatisation, de la casse du service public hospitalier ! Il n’est pas possible de continuer dans cette voie qui oblige les malades à un parcours du combattant pour se faire soigner, qui aggrave les conditions de travail des personnels de santé, malades de ne pas réussir à bien faire leur travail malgré leur dévouement et leurs efforts.

Sans même attendre ces débats, l’ARS a déjà annoncé la suppression des crédits pour les actions de prévention bucco dentaires ainsi que , dans le 93, celle des crédits pour le dépistage de la tuberculose et du SIDA. Economies qui coûteront beaucoup plus cher à long terme et qui concourent à la dégradation de la santé des populations, en particulier les plus vulnérables, alors que pour le développement d’un pays, une population en bonne santé est un atout essentiel.

A ARGENTEUIL

Bien évidemment notre hôpital n’est pas épargné. La direction a réussi à limiter le déficit à 1,3 million d’euros et s’en félicite. Mais une fois de plus c’est le personnel qui a payé le prix fort : 30 postes supprimés – aggravation des conditions de travail.

De plus, le financement des tranches 2 et 3 de la reconstruction, dont la maternité, n’a toujours pas été obtenu; la centrale de prélèvements est fermée pour une durée indéterminée, ce qui renvoie les patients vers les labos privés; la blanchisserie- relais va être externalisée.

CELA SUFFIT ! PRENONS NOTRE SANTÉ EN MAINS !

Contrairement aux affirmations du gouvernement il y a d’autres solutions. Commençons par annuler les cadeaux au patronat (aucune inquiétude à avoir, cela n’enverra pas les actionnaires pointer aux restaurants du coeur) et utilisons cet argent pour relancer vraiment l’emploi et le pouvoir d’achat : 100 000 emplois créés, ce sont 2,5 milliards de cotisations ; 1% d’augmentation des salaires ce sont 2 milliards. Et cela commence à relancer la consommation et la production.

30 nouvelles suppressions de postes sont déjà envisagées pour « revenir à l’équilibre »!

Équilibre qui sera à nouveau rompu par de nouvelles restrictions budgétaires…Nous ne pourrons préserver et développer l’hôpital qu’en nous battant aussi pour un changement de la politique de santé nationale.

Il est essentiel de se mobiliser pour sauver notre système de santé et de protection sociale. Personne ne se battra à notre place. C’est pourquoi nous appelons tous ceux qui défendent notre hôpital ainsi que le droit d’accès à la santé pour tous à rejoindre le rassemblement initié par la Convergence des Hôpitaux en lutte et soutenu par la Coordination Nationale des Hôpitaux et Maternités de proximité ainsi que par le collectif « Notre Santé en Danger ».

Certes la lutte est difficile. Mais seule elle permet d’avancer et de gagner. En témoignent notre propre expérience à Argenteuil, mais aussi les victoires récentes à l’Hôtel-Dieu et à la maternité des Lilas après plusieurs années de lutte.

TOUS ENSEMBLE CRIONS NOTRE COLÈRE ET SAUVONS NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ ET DE PROTECTION SOCIALE.

RENDEZ-VOUS MARDI 23 SEPTEMBRE A 11H DEVANT LE MINISTÈRE

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité nationale, Actualités département, Actualités régionales, Evènements, Invitation à une manifestation, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s