HÔPITAL ? SANTÉ ? OU EN SOMMES-NOUS ?…

                                      Venez en débattre

                      MERCREDI 25 FÉVRIER A 20H30

Salle Gavroche – 35 rue des Barentins – Bezons

AVEC

Christophe Prudhomme : Médecin urgentiste – Membre du Haut Conseil pour l’Assurance Maladie – Co-auteur de la publication « Contre les prédateurs de la santé »

Paul Cesbron: Membre du bureau de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité.

La loi santé de Marisol Touraine va être mise en discussion à l’Assemblée nationale dans les jours qui viennent. Prête depuis plusieurs mois, elle est déjà contestée aussi bien par les personnels que par les usagers. C’est pourquoi sa présentation a été retardée, le gouvernement ayant fait voter auparavant la loi de financement 2015 pour la Sécurité Sociale. C’est une démarche anti démocratique et scandaleuse puisqu’elle enferme le débat public dans un carcan financier préétabli.

De plus, Mme Touraine a organisé une vaste opération médiatique autour de l’annonce de la généralisation du tiers payant, alors que, sans aucun moyen prévu pour sa mise en œuvre, il était évident que cela provoquerait des réactions pour une part justifiées, mais aussi récupérées par la droite et le secteur privé.

Ce rideau de fumée sert à cacher le fait que cette loi ne répond pas aux besoins et ne permet pas de diminuer la proportion de plus en plus importante de la population qui est contrainte de renoncer à des soins nécessaires. Même si elle allait à son terme la généralisation du tiers payant ne suffirait pas à résoudre ce problème. Il resterait nécessaire d’avoir une assurance complémentaire au lieu de reconquérir progressivement le remboursement complet par la Sécurité Sociale des soins prescrits.

Cette loi ne supprime ni les franchises et forfaits divers, pas plus que les dépassements d’honoraires dont « l’encadrement » n’a eu comme effet que d’inciter plus de médecins à les pratiquer! Elle ne permet pas non plus de lutter contre les profits pharaoniques des multinationales du médicament qui grèvent le budget de la Sécu.

Elle ne remet pas en cause les fermetures de services et d’établissements qui continuent à se multiplier en application de la loi HPST (Sarkozy-Bachelot).

En réalité, alors qu’on nous avait promis l’abrogation de la loi Bachelot, non seulement elle est maintenue, mais la loi Touraine poursuit sa mise en œuvre et l’aggrave encore.

Plus que jamais, notre système de santé et de protection sociale est attaqué de tous côtés.

C’est maintenant la cour des comptes qui prétend décider de la fermeture des maternités sur des critères parfaitement arbitraires. Depuis quand les énarques de cette institution reçoivent-ils une formation médicale leur permettant de juger de la qualité des soins prodigués ?

C’est le Conseil d’État qui attaque le monopole de l’Établissement Français du Sang en lui interdisant la fabrication de plasma thérapeutique à partir du sang collecté gratuitement , pour ouvrir le « marché » à la firme suisse Octapharma. C’est une première étape vers l’objectif de la privatisation du corps humain et la remise en cause d’un principe éthique fondamental basé sur la solidarité.

Il y a urgence à prendre des mesures pour stopper le démantèlement de notre système de santé et améliorer dès maintenant l’accès aux soins pour tous.

Il est nécessaire de se mobiliser pour construire une autre politique de santé qui permette que le droit à la santé redevienne un droit pour tous, conformément aux principes d’égalité, d’universalité et de solidarité qui ont présidé à la création de la Sécurité Sociale.

Il est évident que, dans ce contexte, l’hôpital d’ Argenteuil subit aussi les méfaits de cette politique. Alors que les efforts considérables demandés aux personnels avaient permis de revenir à un équilibre budgétaire, la réduction des budgets alloués a pour conséquence de nouveaux déficits ( 1,5 M€ en 2013 et une estimation de 4,5M€ en 2014).

Cela amène de nouvelles fermetures de lits, des suppressions de postes, une flexibilité imposée avec des remplacements à minima rendant plus difficiles les conditions de travail du personnel. C’est aussi la recherche de la diminution drastique de la durée d’hospitalisation. On fera bientôt sortir les malades à peine descendus de la table d’opération. Certes le développement de la médecine ambulatoire est un grand progrès et il ne s’agit pas de garder des patients inutilement, mais il est dangereux de les faire sortir trop tôt alors qu’il n’y a pas suffisamment de médecins et d’infirmières de ville pour assurer le suivi.

Le financement de la suite des travaux de reconstruction, dont la maternité, n’est toujours pas obtenu, l’ARS ayant donné priorité à une opération public- privé en Seine et Marne.

Des questions se posent également sur ce qu’il adviendra de l’hôpital dans le cadre de l’intégration d’Argenteuil dans Paris-métropole.

L’expérience l’a montré : c’est la mobilisation de tous qui permet d’avancer. Il est donc important que nous intervenions tant sur la situation propre de l’hôpital que sur le contenu d’une loi qui influera sur son avenir et sur les conditions d’accès aux soins auxquelles la population de notre territoire sera confrontée. Ensemble nous avons déjà sauvé cet hôpital, puis les services de radiothérapie et de rythmologie. Continuons!

Venez nombreux à la rencontre du 25 février et invitez largement autour de vous les gens à y participer. C’est notre avenir à tous qui est en jeu. Construisons-le ensemble.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités département, Actualités régionales, Evènements, Information de l'Hôpital, Invitation à une manifestation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s